fleche

Yuval Rozman : «Toute ma vie j’ai essayé de ne pas être Juif»

« The Jewish Hour », Yuval Rozman l’a voulu comme un chant de la synagogue, mais plus une invitation sacrée à l’amour entre les humains que dans la relation à Dieu. Auteur et metteur en scène israélien né dans une famille religieuse de gauche, il est devenu très vite militant, puis artiste engagé en donnant voix aux Arabes dans ses performances. C’est ensuite l’armée obligatoire, la rupture, l’exil et la nécessité d’écrire la violence du conflit intérieur.  Aimer son pays, ses amis, sa famille et questionner Israël dans son respect des valeurs juives. Comme bientôt le rêve de la France, terre d’accueil, dans son rapport à l’antisémitisme. Deux utopies qui s’écroulent. Et le besoin de raconter cette douleur sous le prisme de l’humour pour « décaler le premier degré et élargir le champ », échapper aux lectures manichéennes.

Deuxième volet sur le conflit israélo-palestinien, la pièce se déroule dans le cadre d’une émission radiophonique, copie « pourrie » et surréaliste de La Matinale de France Inter sous l’angle du peuple élu. La journaliste sous-tend les réponses dans ses questions – toute ressemblance à une réalité quelconque serait purement fortuite – face à un invité célèbre et controversé. Peu à peu tout dérape vers ce que ce que l’on pourrait qualifier aussi bien de comédie identitaire que de tragédie existentielle. Une manière de ne pas être cloisonné dans des genres et de laisser libre le spectateur dans son regard sur la réalité.

Derrière cette œuvre, une utopie quand même. Qu’Israël reconnaisse la souffrance des Palestiniens  et cesse d’être uniquement obnubilée par ses propres tragédies. « Il faut identifier le besoin de l’autre, s’écouter et juste avoir envie que cela aille mieux. Croire en l’autre. » Alors seulement, on peut parler de paix.

Yuval Rozman dédie « The Jewish Hour » à ses grands-parents qui ont vécu Auschwitz. Une pensée pour sa grand-mère qui, systématiquement chaque vendredi soir pendant Shabbat, faisait vingt blagues.

The Jewish Hour dans le cadre du cabaret de curiosités l mar 3 et mer 4 mars l 21h
dans le cadre du campus Amiens Valenciennes pôles européens de création

  • partagez :